MANIFESTE de l’alliance nationale ADMES-Sénégal

Dans un monde globalisé et caractérisé par une domination sans partage de l’Occident, tant sur le plan économique que dans le domaine si stratégique de la communication, il devient d’autant plus difficile de vivre pleinement sa foi de musulman qu’une grande entreprise de diabolisation et de stigmatisation, initiée et entretenue par les intolérants de tous bords et les intégristes de la « laïcité », a fini de causer de considérables dégâts dans les consciences fragiles.

 

Cette croisade, qui ne saurait prospérer au Sénégal en raison de la longue et solide tradition de cohabitation et de dialogue inter-religieux, prend pour prétexte le développement et les répréhensibles agissements de mouvements dits « islamistes » qui utilisent la violence aveugle comme mode d’expression, causant ainsi un tort considérable à l’image de religion de Paix et de Tolérance qui caractérise l’Islam.

 

Cette situation offre malheureusement à certains Etats et Gouvernements le prétexte rêvé pour justifier une plus grande méfiance à l’égard de tout ce qui touche de près ou de loin à la religion, en général et à l’Islam, en particulier.

 

C’est dans un tel contexte qu’un homme, prenant son courage à deux mains et mettant en avant les acquis construits et entretenus dans notre pays par nos valeureux guides religieux d’hier et d’aujourd’hui, a décidé de saisir l’occasion de son accession à la magistrature suprême du Sénégal pour entreprendre un programme sans précédent de restauration et de modernisation de toutes les cités religieuses de notre pays, toutes confessions confondues.

 

En opérant un tel choix, Son Excellence Monsieur Macky SALL marque une rupture mémorable et rassure tous les croyants en général et, singulièrement, tous les musulmans de ce pays. Les chantiers déjà ouverts ici et là font la fierté de tous les fidèles qui convergent de partout, et à longueur d’année, pour s’abreuver à la source de nos vénérés Guides et de leurs dignes héritiers.

 

Aussi, en citoyens libres, républicains, aimant profondément notre patrie et intéressés à son  développement intégral, mais n’ayant dans ce monde rien de plus important que notre religion et ceux qui en sont les références les plus sûres, prenons-nous ici et maintenant la décision solennelle de lui apporter notre soutien indéfectible par la création de l’Alliance nationale « àndd dooleel Macky pour la défense et l’affirmation des valeurs éternelles de spiritualité dans un Sénégal émergent  (ADMES-Sénégal).  

 

Par la même occasion, nous lançons un appel fraternel aux sénégalais(e)s de toutes confessions, de l’intérieur et de la diaspora, qui partagent notre volonté et notre approche, à prier et agir résolument avec nous pour que, avec l’aide d’Allah, Macky SALL trouve la force, les capacités et la longévité nécessaires à l’achèvement de son œuvre si bénéfique à la tête du Sénégal.

 

Qu’Allah bénisse le Sénégal.

Le Comité Directeur

Derniers commentaires

Articles récents

Présentation de l’ALLIANCE NATIONALE « ANDD DOOLEEL MACKY POUR LA DEFENSE ET L’AFFIRMATION DES VALEURS ETERNELLES DE SPIRITUALITE DANS UN SENEGAL EMERGENT » (ADMES-SENEGAL)

Depuis bientôt un an, un groupe de compatriotes croyants et républicains travaillent à la mise sur pied d’un cadre large et inclusif capable de regrouper tou(te)s les sénégalais(e)s désireux/ses d’apporter une réponse adéquate au changement de paradigme initié par le Président Macky SALL en termes de modification sensible de la posture de l’Etat par rapport aux centres religieux de notre pays.

 

En effet, dans un contexte international, régional et sous-régional dominé par une certaine méfiance à l’égard du religieux, en général et, singulièrement, par rapport à l’Islam, le Chef de l’Etat sénégalais, en initiant courageusement un programme sans précédent de restauration et de modernisation de toutes les cités religieuses de notre pays, toutes confessions confondues, a choisi d’offrir à l’écrasante majorité de nos concitoyens des conditions et un climat propices au développement d’une pratique religieuse saine, paisible et unificatrice de notre grand peuple, conformément à la longue et solide tradition de cohabitation et de dialogue inter-religieux enracinée par les illustres devanciers de nos Guides actuels.

 

Ce cadre, dénommé Alliance nationale « ANDD DOOLEEL MACKY pour la défense et l’affirmation des valeurs éternelles de spiritualité dans un Sénégal émergent » (ADMES-Sénégal), a déjà franchi des étapes décisives et comptabilisé des acquis significatifs dans sa marche vers le rassemblement des sénégalais(e)s de toutes confessions pour, d’une part, apporter notre soutien à Macky SALL afin qu’il puisse achever l’œuvre gigantesque et noble qu’il a entreprise et, d’autre part, œuvrer à la protection et au renforcement des valeurs spirituelles qui font de notre pays un espace de pratique religieuse paisible et exaltante.

 

L’alliance nationale ADMES-Sénégal s’honore en effet d’avoir reçu le soutien et les prières de tous les grands foyers religieux du Sénégal et d’avoir déjà enregistré l’adhésion sans réserve de centaines de milliers de sénégalais(e)s à travers le territoire national et la Diaspora. Sa construction, en tant que plateforme de ralliement des larges masses de croyants de notre pays, va se poursuivre au lendemain de cette rencontre, afin de relever les importants défis qui se dressent devant nous.

Qu’Allah nous accompagne dans cette tâche et qu’Il assure à notre Chef d’Etat les grands succès espérés.

Qu’Allah bénisse le Sénégal et les sénégalais(e)s.

Thiès le 12 mars 2016

Le Comité Directeur


DEUX ENFANTS DANS L’ENFER SYRIEN (LU DANS http://tempsreel.nouvelobs.com/)

<< Badi’a et Rawan : enfants et blessées de guerre

Les deux fillettes, blessées par des éclats de mortiers sur le chemin de l’école, se reconstruisent à Zaatari…

DEUX ENFANTS DANS L'ENFER SYRIEN (LU DANS http://tempsreel.nouvelobs.com/)    nouvelle-image-9-300x149

Les deux cousines sont arrivées à quatre jours d’intervalle en ce mois d’octobre 2012. Le camp de réfugiés de Zaatari avait déjà commencé à s’étendre bien au-delà des prévisions onusiennes… La grande majorité des réfugiés syriens de Jordanie vient du sud de la Syrie. Question de proximité géographique.

Badi’a, 10 ans, et Rawan, 12 ans, ont toutes les deux été blessées par des éclats de mortiers, lors d’attaques distinctes, alors qu’elles quittaient leur école, à Al Kharya, près de Deraa. Les bombes n’épargnent pas les chemins de l’école. Rawan est restée deux mois à l’hôpital militaire français qui est dans le camp. Chaque jour, et plus souvent chaque nuit, sont amenés là des blessés du conflit qui se déroule à quelques kilomètres. Et les affrontements entre pro et anti-Bachar ne laissent pas sur le carreau que des hommes en arme. Loin de là. Rawan a dû subir pas moins de six opérations dont, il y a peu, une greffe de peau à sa jambe gauche. Elle vit maintenant avec ses parents, ses deux sœurs et trois frères dans une tente siglée UNHCR, comme environ 100.000 réfugiés ici. La timide semble maintenant en pleine forme. Prête à rejoindre de nouveaux les bancs d’école. Ici, à Zaatari.

Pour Badi’a, ce ne sera pas aussi simple. Les éclats de mortiers lui ont sectionné le nerf sciatique de la jambe gauche et elle ne peut plus désormais marcher. Elle attend une nouvelle opération, à l’hôpital islamique de Amman cette fois, pour se voir confirmer si elle retrouvera un jour ou non l’usage de sa jambe… Jusque-là, pas question d’école! En plus de ses déplacements compliqués en chaise roulante, le risque d’infection est trop grand… C’est cette blessure qui a amené toute la famille de Badia’a vers Zaatari. Lorsqu’elle a été blessée, elle a été immédiatement prise en charge par un hôpital clandestin de l’ALS. Mais les soins nécessaires étaient trop nombreux. Il fallait la transférer. L’armée libre a alors fait partir toute la famille, mettant en place comme elle en a pris l’habitude, à la frontière, chaque nuit, une sorte de corridor de protection pour les familles en fuites. De l’autre côté, les soldats jordaniens attendent avec des cars pour réceptionner les trois à quatre milliers qui arrivent quotidiennement. Badi’a va subir sa onzième opération. A quelques minutes de son départ d’Amaman, elle a l’air serein et continue de taquiner les infirmiers français ou de chercher dans la poche de l’interprète le smart phone qu’il a l’habitude de lui prêter. Tout le monde s’est attaché à la blondinette qui trouve rigolo de s’être fait des « amis français ». Et puis, « il n’y a pas de risques ici » dit-elle. Mais pour le père de Badi’a, aucun doute: dès que sa fille sera guérie, ils repartiront. La maison est encore entière, même si un missile est tombé non loin. Et il a deux magasins à reconstruire.

Avant ses blessures, Badi’a la malicieuse voulait devenir docteur. Et maintenant? « Toujours oui! » répond-elle >>.

Céline Lussato

Articles plus anciens

ET MAINTENANT AU BOULOT Mr OBAMA !

Un blog en somnolence…

MALI : DIONCOUNDA DE RETOUR. ET APRES ?

EGYPTE, AVENEMENT D’UN NOUVEAU « DERANGEUR » ?

Lu pour vous : FRANCE « LE RACISME DES INTELLECTUELS »

SARKOZY / KHADDAFI, C’ETAIT PAS NET DU TOUT !

LIBERIA : CHARLES TAYLOR COUPABLE !

abdelhay aloui |
Le Blog Note d'Omer NTOUGOU |
sakalabimi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cees
| arebroussepoil
| policescientifiquedegignac